L’image des entreprises du médicament reste largement positive dans l’esprit du grand public comme dans celui des médecins en France. L’industrie reste cependant marquée par son image libérale et capitaliste, qui prévaut sur ses capacités d’innovation et son rôle dans la santé publique : un problème de communication institutionnelle essentiel à résoudre.

Medicine boxes de franck94, sur Flickr

Une image positive

63 % des français déclarent avoir une image positive des entreprises du médicament. Parmi 9 autres secteurs dont l’image a été testée, ce chiffre place la pharma à la deuxième place des scores d’image derrière le bâtiment (70%), mais devant les télécommunications (61%), l'automobile (56%), l'agro-alimentaire (53%), la grande distribution, le nucléaire (36%), la banque-assurance (32%), et le pétrole (23%).

Malgré les scandales très médiatiques du Mediator ou des pilules de nouvelle génération, les entreprises du médicament bénéficient donc d’une très bonne image.

La population des médecins est encore plus positive et place le secteur en tête des scores d’image.

Une vision sans concessions

Si elle est positive, l’image des entreprises du médicalement est loin d’être angélique.

  • 90% des français et 96 % des médecins les voit d’abord comme des “acteurs privés cherchant à faire du profit”
  • 83 % des français et des médecins considèrent que « les entreprises du médicament ne font de la recherche que pour les médicaments financièrement rentables ». * 78% des Français et 63% des médecins pensent qu'elles « sont plus soucieuses de leurs bénéfices que des malades ».
  • 57 % considèrent que le coût des médicament est “avant tout” constitué par la rentabilité et les bénéfices

De fait, les attributs d’images liés au libéralisme et au capitalisme dépassent de loin ceux liés à l’innovation, à la sécurité et à l’efficacité des médicaments.

C’est à nouveau un signe fort pour les entreprises du médicalement. Si elles veulent progresser dans leur communication et leur image, ces entreprises doivent déployer une communication beaucoup plus puissante sur leurs efforts de recherche et les performances de leurs produits.

Le terrain est favorable et le marché est très confiant : plus de 80 % des sondés pensent que le secteur pharma et biotech va réussir réussir à mettre au point un traitement contre les maladies cardiovasculaires, le SIDA et le cancer.

Source : Observatoire sociétal du médicament, réalisé par Ipsos et commandité par le Leem


Staminic news
Toute l'actualité de la communication publique, tech et santé par mail